AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La longue traque ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Byorn
Ennemi de la main blanche
Ennemi de la main blanche
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 42
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de personnage
Classe:
Profession: Armurier
Confrérie: Les Amis Du Vieux Tom

MessageSujet: La longue traque ...   Jeu 4 Juin - 17:26

La forêt était calme, pas un seul bruit ne venait troubler cette quiété hormis le grincement des branches et la brise jouant dans les feuilles. L'air lui aussi était emplie de cette torpeur, lourd et humide, chargé des senteurs sucrées de l'humus. Rien ne bougeait, seul le mouvement des trops rares raies de lumière laissait deviner le mouvement du monde et le passage du temps.

Puis, un légé craquement, suivi d'un bruissement rapide, troubla ce calme apparant; des oiseaux troublés dans leur sommeil prirent leur envol en piafant vertement à l'intru. Les bruissement se rapprochaient, puis emmergeant d'un buisson presque aussi sombre que la nuit, une masse de chitine aux pattes nombreuses fit son apparition; l'areignée était de taille collossale, ses pattes crochues faisant près de cinqs pieds, son lourds abdomène sombre ayant la taille d'un poney ventrue laissant échapper une bave et un sang noiratre nauséabond de multiples blessures, ses yeux d'encre aussi profond que le mal rongeant son esprit espionnant les alentour ...

S'arrêtant au milieu de la clairière, l'areignée reprenait son souffle, son esprit repassant les faits des dernières heures; mais que c'était-il passé?? Comment cela pouvait-il arriver?? Elle ne le savait pas; tout ce dont elle se souvenait, était cette ombre espionnant son antre et ses multiples enfants; elle n'en avait pas peur, même si elle n'avait aucune odeur et ne laissait aucune traces, elle n'en avait pas peur au début ... Jusqu'au jour ...

Jusqu'au jour où l'ombre s'aventura au sein de son domaine, son domaine à elle, s'approchant si près d'elle qu'elle vit ses yeux luire d'une froide résolution dans la nuit; oh elle l'avait traqué, oh oui elle l'avait traqué pour cela, lançant ses nombreux enfants, avortons chétif comparés à elle; elle avait tendues de nombreuses toiles et de nombreux pièges sous les branches; mais cette ombre aux yeux aussi froid que le lune qui lui mordait les siens, les avait tous défait et était revenue ....

Mais cette fois, elle ne se contanta pas d'observer; sous le couvert de la nuit, elle était de nouveau entré dans son antre; et là elle avait commis le pire des crimes, elle avait apporté avec elle le feu qui brule, le feu destructeur de toiles et de nid; et elle avait bouté le feu à ses enfant, à ses oeufs, les derniers, et à elle; dans la panique elle avait tenté de sauver sa couvée mais en vain, et dans sa râge elle avait, à regret, tuer nombre de ses enfants ... Et au loin elle avait entendue le rire clair et joyeux de l'ombre, un rire lui glaçant la chaire et lui vrillant l'esprit ...

La nuit suivant, dans les cendres de son antres, contemplant ses enfants morts, elle avait vu l'ombre nonchalement assise sur une branche haute, la regardant de ses yeux froid; dans un accès de râge elle avait lancer ses derniers enfants contre ell, mais ils ne purent l'atteindre; dans un geste vif et fluide, elle avait décoché de nombreux traits mortels à ses enfants; et maintenant elle comprenait que son tour était venue; lançant un sifflement long et strident elle s'ellança contre l'ombre, oubliant le monde autour d'elle; à mie-course elle sentie le trait crevant son oeil, et les autres qui suivirent, perçant son abdomène; voltant elle s'enfuya dans la forêt, toujours plus profondement, toujours plus loin de cette menace ...

Et voilà, elle était là maintenant, ses forces s'echappant d'elle par ses nombreuses blessures, mais elle avait semer cet ennemis sans visage et cruel ...

Reprenant son chemin vers le coeur de la forêt plus lentement, elle se figea soudain; droit devant elle, à environ dix yards, au boud de la clairière, l'ombre venait de sortir de derrière un arbre; son visage restait caché sous une capuche et un masque, mais ses yeux la regardait toujours avec cette froide résolution; de sous sa houpelande, elle tira un arc de bois noir sculpté et une flèche empénées de plumes de hérons couleur de cendres; figé par la terreur, elle regarda son ennemis encocher la flèche, bander son arc et viser calmement; et elle l'entendit parler pour la première fois :


« Namarie, vile créature »

Et elle regarda le trait sauter de l'arc et des mains de son ennemis, voler vers elle, droit vers elle; elle le sentie pénétré la carapace et la chaire de son horrible tête déformée par les corruptions de la forêt; et puis se fut tout, elle plongea dans l'ouble et le néant.

L'ombre, marcha nonchalement tel un chat vers le cadavre de l'areignée, et, d'un geste tout aussi nonchalent mais non dénué d'une certaine élégance, arracha la flèche plantée dans le crane de la bête, la remettant dans son carquois.

D'une main gantée de noir, la svelte silouette tira à bas sa capuche et son masque, révélant un visage magnifique aux traits fins, aux cheveux couleur de geais finnement tressé d'ou emmergeait la pointe de ses délicates oreilles. Renverçant le tête en arrière, l'elfe laissa son visage baigner par la soleil, les yeux clos et un sourir sur ses fines lèvres roses.


« La traque est fini ... Une autre commence »


/HRP

Coucou,

Premier petit texte RP ayant germer ces derniers jours au fond de mon esprit, racontant les petites aventures d'une elfe nommé Dunahel, dont vous ferait la connaissance bientôt je pense ^^

Bonne lecture

HRP/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byorn
Ennemi de la main blanche
Ennemi de la main blanche
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 42
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de personnage
Classe:
Profession: Armurier
Confrérie: Les Amis Du Vieux Tom

MessageSujet: Re: La longue traque ...   Sam 6 Juin - 16:49

Le souffle du vent fouettait son visage fin, le soleil jouait dans ses cheveux noir de geais. Mais son souffle à elle était court et rapide, de la sueur lui coulait dans les yeux troublant sa vision. Elle courrait ... Oh ca oui elle courrait, comme si Morgoth lui même était à ses trousses.

Tournant la tête, elle vit du coin de l'oeil la forme lourde et les cornes asserées de l'auroch qui la tallonait. Se retournant, elle fît un croché, se dirigeant vers une petite chaumière perdue au milieu des champs.

Se retournant à nouveau pour voir son poursuivant qui ne lachait pas un furlong de distance sur elle, elle ferma les yeux courrant encore plus vite en direction de la chaumière en criant:


"Mais par tout ce qui est saint, pourquoi moiiiiii !!"

Elle avait traqué cet auroch, que les habitants de la région appelaient le Vieux Soufflenuage, pendant des jours; ah ça!! il avait été malin le bougre, évitant ses pièges avec malice et disparaissant parfois sans laisser de traces; finalement après une bien difficile traque, elle le tenait devant elle, à peine dix yard devant elle; elle s'était approché aussi près que possible, se cachant dans un petit bosquet d'églantiers.

Alors qu'elle se dressait pour viser la bête, elle rafermie sa position, plantant ses talons dans le sol d'humus; et là n'en croyant pas ses oreilles, une brindille cassa dans un bruit sec et puissant; ne respirant plus, les yeux ecarquillés, elle regarda le vieille auroch; celui-ci la regardait droit dans les yeux, son souffle formant de petit nuages au bord de ses naseaux, grattant le sol en vut de sa charge ...


Avalant sa salive avec difficulté elle avait laché un simple "Zut!", puis alors que l'auroch s'élançait, elle tourna les talon et courrut aussi vite qu'elle le pouvait à travers les sous bois, pensant semer le monstre sous les arbres; mais tout espoir la quitta lorsqu'elle déboucha dans une plaine couverte de champs en pleine moisson; elle zigzaga entre les fermiers, ceux-ci la regardant avec un etonnement visible, leur criants de fuir, mais lorsque l'auroch déboucha lui aussi dans les champs, tous se dispersèrent, ne demandant psa leur reste ...

Et maintenant?? Maintenant elle se demandait pourquoi elle courrait idiotement vers cette chaumière; puis voyant une fenêtre ouverte sur le côté elle accéléra, sauta à travers celle-ci, atterissant sur une table au milieu d'une famille en plein repas; du coin de l'oeil elle vit la bête continuer sur sa lançé et se tournant vers les paysans elle leur dit:

"Pardon pour ça, mais vous devrier vous pousser de la fenêtre"

Et se levant elle partie en direction d'une fenêtre opposé, sauta au travers et continua sa course à travers les champs; se demandant ce qui se passait, la famille regarda l'elfe courrir, puis regarda ce qu'elle pouvait bien fuir après tout; et leur stupeur fût grande de voir l'auroch grandir dans le cadre de la fenêtre, percuter le mur, traverser la pièce et le mur opposer pour poursuivre l'elfe; ils regardèrent longuement a travers les reste de ce qui jadis était un des murs, l'auroch la poursuivre.

"Il faut que je fasse quelques chose sinon je vais finir sous les sabot de cette bête"

Bifurquant, elle vit au loin un petit pont de pierre enjambant un ruisseau; une idée germa dans son esprit; ralentissant un poil la foulée, elle laissa la bête la rattraper, et une fois plus proche, elle le nargua de manière à ce qu'il se concentre sur elle seule:

"Aller gros pleins de laine !! Tu es déjà fatigué?? Tu peux pas faire mieux?? aller !!"

La voyant s'agiter ainsi, l'auroch hennis bruyament et accéléra; son plan avait marcher; courrant aussi vite qu'elle put elle s'engouffra sous l'arche et plongea dans le ruisseau, entendant derrière elle un choc sourd contre le pont de pierre retentir, et santant le sol vibrer sous ses pieds.

Se relevant elle fût très fiert de constater que l'auroch était prisonnier de son piège improvier, le pont le retenant et entravant ses mouvement; poussant un long soupir, elle s'assit sur une pierre au bord de l'eau, regardant avec fierté sa prise.

De nombreux paysans arrivèrent peu de temps après, et devant leurs yeux rond de stupeur elle fût encore plus emplie de fierté; mais ce fût de courte durée, un des anciens du village voisin s'adressa à elle d'une voie presque affolée:


"Mais?!? Mais qu'avez vous fait?!?"
"Et bien j'ai attraper cette bête monstrueuse, elle ne vous terrorisera plus maint..."
"Mais vous êtes la dernière des idiotes ou quoi?!? Ce "monstre" comme vous dîtes est innofensif en temps normal !!"
"C'est pas ce qui m'a sembl..."
"Vous comprenez pas?!? Cet Auroch sauvage est un de nos repproducteur espèce de crétine !!"
"Que ... Quoi?!?"
"Et maintenant comment on vas le sortir de là-dessous?? ... Oh mon dieu mais qu'elle mouche les piques tous à vouloir l'attraper celui-là ..."


N'en croyant pas ses oreilles, et encore sous le choc des révélations des paysans, elle se laissa tomber sur le sol, et poussant un long, très long, très très long soupir de désespoire, elle marmonna pour elle même:

"Cela m'apprendra à vouloir rendre service ..."

Jettant un regard à l'auroch, elle vit celui-ci la regarder aussi, une lueur dans les yeux; regardant mieux, elle vit que cette lueur était de l'amusement ...

"Au moins, il y en a un qui se sera amuser"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La longue traque ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des VP Pour Obama, la liste est longue
» La vie est une longue histoire dont nous sommes l'auteur [Lagon]
» Combat à l'épée longue
» Charte du Brigandage et de la Traque au Poitou
» Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lord Of The Rings Online :: Les Enfants de la Vieille Forêt... :: Le cercle fermé...-
Sauter vers: