AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Milandar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Milandar   Lun 21 Mai - 9:50

Milandar est né à Fondcombe et a longtemps vécu dans cet endroit magnifique. Son enfance fut « différente » de celle des autres elfes, car il se distinguait dans sa prime jeunesse de par son physique fragile et pâle. Il était souvent l’objet de moqueries de la part de ses camarades elfes, mais son caractère bien trempé lui valu reconnaissance et amitiés diverses. Enfant, il adorait monter dans les arbres, contempler les étendues sauvages, marcher de longues heures dans la forêt… Si bien qu’il s’intéressa énormément à l’étude de la flore et de la faune, plutôt qu’à l’entraînement physique. Souvent plongé dans des ouvrages anciens, il acquis certaines connaissances qui lui permit de s'entraîner à devenir de plus en plus fort. Il avait réussi à imposer son respect par sa gentillesse et sa force, faisant ainsi tout le bonheur de ses parents.
L’histoire de Milandar se résume en fait par une vie simple, traversée par de multiples moments de bonheurs intenses parmi les elfes, mais aussi quelques moments tragiques :


Assis sur un lit de l’auberge du poney fringant les images défilaient dans son esprit et il retrouvait l’insouciance de ses premières années sous le regard strict mais bienveillant de son père Amroth, Maître Joaillier du 4ème cercle de Fondcombe dont il était le seul et unique fils.
Sa mère Tári de Dol Amroth avait donné sa vie pour lui offrir la sienne.
Dans son dernier souffle, devant le feu rougeoyant de sa chevelure, elle lui avait donné son nom, Milandar (Manadh), qu’elle savait être le nom donné par les elfes de son royaume au bonheur final.
Son destin était tracé. Parfaire son apprentissage auprès de son père, l’égaler puis le surpasser dans son art et honorer ainsi son héritage familial en sa troisième génération.
Mais cela ne devait finalement pas être…
Il se trouva que son père appris l’existence et la localisation d’une inestimable mine, une cavité aux parois tapissées de gemmes située aux sources d’une rivière dans l’Ered Luin et décida de monter une expédition sur place. Ils avaient quitté la route de l’ouest deux jours auparavant pour monter au nord dans la vallée et atteignaient les premiers contreforts des montagnes bleues quand les guerriers d’un clan des poings bourrus, dans une frénésie de haine, attaquèrent leur convoi.
Seul son oncle, Vorn échappa au carnage. De retour à Fondcombe il eu la douloureuse tache d’appendre la tragédie à Milandar. Il était alors âgé de 55 ans quand il décida de partir à l’aventure et surtout retrouver le corps de son père pour lui donner une sépulture convenable.
Lors de son voyage à travers l’Eriador, il fit de nombreuses rencontres dont Tom Bombadil. Tous deux aidèrent à chasser les araignées de la veille forêt, mais aussi quelques gobelins des champs verts…
Il décida que rejoindre Les amis du vieux Tom pourrait être utile, même si pour lui il subsite de veilles blessures du passé .


Il semble que l’histoire de Milandar ne fait que commencer et qu’à travers sa propre histoire, une plus importante se tisse à travers l’ombre d’Angmar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Lun 26 Mai - 19:15

Des nouvelles de Milandar


Prélude


Comme un ancien souvenir il avait conscience de son état physique. Il était allongé sur le sol. Dans une sorte de torpeur ou état second, l’esprit de Milandar dérivait dans un monde où ni l’espace, ni le temps n’avait d’importance. Tous ses sens étaient en éveils, mais pourtant son esprit semblait en dehors de son corps. Par moment la douleur envahissait complètement son esprit, tendant à le faire sombrer dans les ténèbres. Dans d’ultimes résistances il lutait pour rester dans ce monde.
Lorsque ses forces le quittèrent, il se laissa aller pensant à tous ceux qu’il avait connu, aidé ou même combattu. Dans un tourbillon de sensations il fut emporté. Cette fois le bien-être l’envahi complètement et il se laissa happer complètement, soulagé. Des images mentales lui projetaient le visage de ses parents, de son enfance à Foncombe. Mais aussi de ses nombreux voyages au sein de l’Eriador, ses combats épiques contre le mal, ses amis du vieux Tom. Jusqu'à ce jour.

Puis plus rien.

A cet instant, son esprit s’éleva vers le néant. Milandar savait qu’il allait mourir ou qu’il était mort. Sur sont visage ensanglanté on pouvait lire de la sérénité mais aussi quelques faibles mouvements de paupière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Mar 27 Mai - 15:31

1. Dans le froid.


Allongé, le corps de Milandar était presque recouvert de neige. Autour de lui se trouvaient plusieurs cadavres dont les membres avaient une orientation aberrante. Un combat d’une rare violence avait eu lieu ici. La neige fraîchement tombée avait effacé l’essentiel des traces au sol, mais les pins et sapins, autour du corps, étaient tous calcinés. Manifestement certains arbres avaient reçu la foudre.
On l’observait. Avec une grâce innée et presque sans faire de traces dans la neige, une silhouette s’avança. Elle se pencha sur le corps et épousseta la neige autour du visage glacé. Une voix retentie dans le silence environnant, ponctué seulement des bourrasques du vent dans les congères et de quelques chants d’oiseaux:

« - Tu as trouvé quelque chose Vorn ?
- Oui je l’ai trouvé, viens m’aider ! »

On entendit alors un vrai vacarme. Vorn regardait la progression de son ami le nain avec amusement. Il avançait péniblement dans la neige, cognant bruyamment son bouclier sur son armure. La ou Vorn n’avait fait que peu de traces, Malm buttait sur le moindre obstacle, luttant pour ne pas disparaître complètement dans la neige. Comme tout gardien qui se respecte il ne voulais en aucun cas déposer son bouclier ou son armure. A chaque pas il pestait contre les éléments marmonnant dans sa barbe des jurons.

« - Bon si t’as fini de faire le mariole, tu viens ?
- Ah c’est facile ça hein ? Le visage de Malm était cramoisi. Attends un peu et tu vas voir’ droit à ma Hache !
Une fois le nain à mi-chemin, Vorn ajouta :
- Tu viens avec le matériel et les chevaux j’espère ?
- Nom de …. » Le vent siffla emportant les injures dans les hauteurs des monts brumeux.

Une fois réunis, ils se regardèrent un instant. Sans avoir aucun mot à dire, Malm compris et souleva le corps enseveli à moitié dans la neige. Il le posa sur le brancard improvisé et vérifia que l’ensemble était bien attaché à sa monture. Vorn auscultait les environs et tomba sur des empruntes d’ours, ses dernières disparaissaient sous les corps ensevelis par la neige.
Chevauchant côte à côte, après avoir rejoins une piste dégagée, Malm dit d’une voix étonnement melliflue :

« - heu, il a sacrément eu d’ la chance ton neveu ! Quelqu’ jours de plus et on le r’trouvait mort. Tu pourras l’soigner ?
- Nous devons impérativement rentrer à Fondcombe. Je n’aime pas dire ça, mais ses chances de survie sont très minces. C’est un miracle qu’il soit encore en vie.
- Ah ça oui ! Vu ce qu’il a affronté. J’aurai aimé être la pour l’aider et découper ces …
- Je ne suis pas si pressé d’en rencontrer pour ma part, cet adversaire est beaucoup plus fort que nous.
- Dire qu’il en a affronté quat’, c’est incroyab’ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Jeu 29 Mai - 17:02

2. Monts brumeux


Nos deux cavaliers avançaient lentement sur l’abrupt chemin qui rejoignait la passe Nord des monts brumeux. De violentes bourrasques balayaient le versant de la montagne si bien qu’ils étaient descendus de cheval pour maintenir le brancard qui oscillait dangereusement.
Il se mit à neiger. Vorn avait une mine sombre que Malm découvrait pour la première fois. Il avait hésité à en parler mais avec ce blizzard, chaque fois les mots s’éteignaient dans sa barbe. Il regarda son ami encore, dont la silhouette gracile avançait la tête baissée. Il ne se souvenait pas avoir vu l’elfe aussi atteint par quelque chose. D’habitude jovial et sociable Vorn le ménestrel avait toujours une chanson pour réconforter les cœurs. Mais tout cela était normal, le seul membre encore vivant de sa famille était mourant.
Le vent se leva encore de plus belle, soulevant la neige tombée créant des volutes blanches sur le sol.

« - Une tempête se lève et la nuit ne va pas tarder, dit Vorn. Nous devons trouver un endroit pour nous abriter. » Après avoir ausculté autour de lui, il ajouta :
« - Je crois apercevoir un feu dans cette direction. Peut être auront nous de la chance, mais avançons avec prudence. »

Même en plissant les yeux Malm ne voyait goutte. Il neigeait fortement maintenant, et lui ne voyait pas plus loin que dix pas. Soudain, Vorn tira sur les rênes. Il semblait scruter l’horizon. Il resta immobile quelques instants attentif au moindre signe, au moindre mouvement.

« - Tu vois ou entends quelqu’ chose ? dit Malm.
- Chut ! Je crois qu’il y a un camp derrière ce tertre.
- Ah c’est une bonn’ nouvelle, on va enfin pouvoir manger chaud ! Et surtout aut’chose que ce pain elfique !
- Tais-toi, et cesse de penser avec ton estomac. On ne sait pas qui peut traîner ici.
- Allons y on verra bien, je n’ai pas les sens aussi développés qu’un elfe mais j’crois que je sens d’la cuisine ! » Malm joignit la parole avec le geste et commença à gravir le monticule qui les séparait du versant, tout en tirant son cheval par la bride. Une main lui tira l’épaule et Vorn Chuchota :
« - Tsss, tu es infernal ! Attend ici je vais vo… » La voix de Vorn se coupa net. Ils se trouvaient tous les deux en haut du tertre. En contrebas un feu crépitait doucement, à l’abri du vent. Autour du feu des gobelins se disputaient leur pitance. Leurs silhouettes projetaient des ombres qui oscillaient au grès des flammes.
« - Ne bougeons plus, dit Vorn. Je crois qu’ils ne nous ont pas entendus.
- Reculons doucement et évitons ces malotrus marmotta Malm. »

A ce moment, le cheval qui avait lui aussi senti que le repas était proche, avança derrière eux et poussa du museau légèrement le nain. Surpris, Malm fit un crochet sur le coté pour ne pas tomber. Mais son bouclier le déséquilibra et le nain commença sa chute vers le camp de gobelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Mer 4 Juin - 20:17

3. De la Hache et des gobelins.


Malm glissait lentement vers le campement des gobelins. Si sa chute n’avait pas alerté immédiatement les créatures, les jurons de son ami qu’il entendit derrière lui, dissipèrent tout espoir de passer pour une petite avalanche.
« Mais qu’est-ce que je fais avec ce boulet de nain ! ».
Vorn entendit un bruit sourd en contrebas. La chute de Malm fut interrompue brutalement par un arbre. Ce dernier se releva prestement la hache au poing. Les gobelins se retournèrent. Puisque aucun effet de surprise n’était alors possible, Malm fonça directement sur le premier gobelin à sa portée en criant :

« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! ».

Le premier gobelin à sa gauche reçu son bouclier de plein fouet dans le visage. Un craquement se fit entendre suivit des gémissements du gobelin qui tomba à la reverse, le visage ensanglanté. Deux gobelins attrapèrent prestement leur arme et se dirigèrent vers Malm. C’est alors que Vorn poussa un cri effroyable, le plus petit des deux pris ses jambes à son coup, bousculant au passage du matériel de cuisine. Ce vacarme alerta les derniers gobelins du camp.
Malm, qui avait profité de cet instant pour achever le gobelin au sol, repris sa garde. Le monstre à la peau verte poussa un cri et sauta sur Malm. Il tenta un coup de taille, qui lézarda le bouclier du nain. Ce dernier pivota, profitant de l’ouverture pour asséner au gobelin un violent coup de hache. Le monstre tomba faisant d’un bruit mat sur le sol recouvert de neige tassée. L’arrivée de Vorn redonna du moral au nain, se sentant moins seul à présent. Les deux aventuriers avaient devant eux encore quatre gobelins. Les adversaires étaient séparés par le feu dont les flammes léchaient une marmite bouillonnante. Les quatre gobelins prenaient leurs adversaires avec méfiances jetant brièvement des coups d’œil vers les deux cadavres au sol.

« - J’m’occupe d’en attirer trois d’ce coté Vorn. Occupe toi d’celui qui sera isolé.
- Heu et si ça foire ? Si …
- Bah ils ont un cerveau de nicbriqueux, alors pas besoin d’chercher une tactique compliquée.
- Mouais, allons y à ton signal. »

Malm s’avança sur le côté gauche du feu tapant sa hache sur son bouclier. Cette provocation enragea deux gobelins qui foncèrent vers lui. Il repoussa le premier de son bouclier qui heurta le second. Les deux gobelins tombèrent à la renverse. Malm profita de l’effet de surprise pour s’élancer sur les deux autres gobelins, prenant élan sur les deux au sol. La hache en avant il fendit la tête d’un gobelin au moment ou Vorn achevait son adversaire. Les deux derniers encore au sol n’eurent pas le temps de réagir, nos deux amis furent sur eux en un instant.

-Ah, ah ! Rien de tel qu’un combat pour m’mettre en joie ! Dit Malm, les bras tendus vers le ciel.
- Et en appétit je présume ? dit Vorn.
- Bien parlé l’ami, j’vais de ce pas chercher nos provisions.
- Fait quand même le tour du camp pour voir si d’autres gobelins ne traîneraient pas dans les parages. Je vais m’occuper de Milandar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Ven 6 Juin - 20:50

4. Le camp gobelin sous la voûte étoilée.


« - Tu trouves quelqu’ chose d’intéressant dans c’bazar ?
- Je cherche des herbes, des simples ou remèdes pour Milandar. On sait jamais les gobelins ont peut-être des notions de médecine, Dit Vorn en fouillant dans les sacs et débris alentours du camp.
- Des gobelins médecins, il manquerait plus que ça ! Malm se pencha sur la marmite. Pouah ! Ça pue leur cuisine !

Au milieu d’immondices, on pouvait voir les différents butins accumulés par les gobelins. Certains restes douteux donnaient la nausée à Vorn. Mais il continua ses recherches. Dans un tas de vêtements, Vorn trouva une ceinture à sa taille. Le reste n’était constitué que d’armes et armures rouillées, voir cassées. Puis son œil tomba sur un vieux coffre à moitié couvert de poussière mis à l’écart. Des mains griffues s’étaient posées récemment dessus. L’ornementation du coffre ne lui était pas étrangère, mais il était incapable de la déchiffrer. Manifestement les gobelins l’avaient forcé. Vorn ouvrit le coffre pour en découvrir le contenu.

« - Hum …
- Quoi hum ? Qu’as-tu trouvé ?
- Regarde ça, un livre ancien. Je ne connais pas très bien les gobelins, mais ils sont en général peu portés sur la lecture.
- Une relique oui ! Ce bouquin tombe en pièce. J’aime pas les livre t’façon. Ça m’ennuie.
- Tu aurais bien besoin de lire un peu, ne serait-ce que pour améliorer tes manières et ton langage !
- T’façon ça sert à …
- on dit pas t’façon, mais de toute façon …
- Ouai, merci prof !
- Ce livre m’intrigue. Il m’est difficile de le déchiffrer, mais cela ressemble à un ancien langage elfique. Regardes ses inscriptions sur le pourtour, on dirait des runes anciennes. Je pense qu’Elrond pourra nous en dire plus. Vorn rangea le livre précautionneusement dans le coffre qu’il fourra dans un sac. Puis ajouta :
- Alors tu nous as préparé quoi comme dîner ? »
- Du gobelin à la broche ! dit Malm, dont seul le mouvement des moustaches traduisait un sourire. »

La soirée se déroula dans un calme surprenant après toute cette agitation. La tempête était passée et nos deux amis étaient allongés sur le dos. Malm sorti de son sac une blague d’herbe à pipe du feu-du-mage et en proposa à son ami. Tout en formant des ronds de fumée, ils regardaient les étoiles dont l’éclat scintillait doucement. Après quelques instants de repos, dans le silence nocturne, ils poussèrent en coeur un soupir suivi de rires aux éclats. Vorn se leva à plusieurs reprises pour soigner sont neveu. Milandar restait dans un coma profond. Son état, bien que stable, semblait préoccuper encore plus Vorn. La nuit serait courte, il leur faudrait repartir vers Foncombe dès l’aube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Dim 8 Juin - 11:11

5. Vers Foncombe – entre rêve et réalité.


Nos deux amis chevauchaient de conserve le long de la source du Bruinen. Le soleil levant projetait des rayons rasants qui nimbaient la glace de couleurs chatoyantes. Des mésanges passaient d’arbres en arbres en poussant de petits cris, se chamaillant pour quelques graines. Malgré un temps clair aux nuages clairsemés, un petit vent glacial avait obligé les voyageurs à se couvrir d’une fourrure supplémentaire. Au loin on pouvait entendre une chute d’eau, probablement celle du Bruinen. Sur le sol, des empruntes figées dans la neige trahissaient le passage de petits animaux. La civière où reposait Milandar glissait lentement sur la neige fraîche tombée la nuit. Fermement attaché au cheval de Vorn, le brancard balançait doucement son malade au rythme des pas de la monture. Son visage, jusque la impavide s’anima subrepticement. Sous ses paumières, ses yeux roulaient frénétiquement. Milandar grimaça.

Un bruit de tonnerre fit claquer l’air d’un coup sec. Milandar n’entendait plus qu’un sifflement assourdissant. La foudre était tombée devant lui, faisant reculer ses assaillants. Il tenait son bâton fermement des deux mains, l’agitant au moindre mouvement du troll. D’un coup d’œil il vit grogne gisant à terre.
Cela semblait mal parti. Son ouie revint juste à l’instant où un choc violent le frappa dans le dos. Ce troll n’était pas seul…


Vorn était descendu de cheval pour ausculter son neveu. Il passait un linge mouillé sur le front de Milandar, dont le visage n’affichait maintenant aucune expression. Son teint déjà naturellement pâle, était passé de blafard à livide. Même avant la mort des parents de Milandar, Vorn avait toujours été second père pour lui. Cette fois, il ressentait encore plus intimement le lien profond qui les liait. Ils avaient en commun ce goût des voyages et de l’aventure, parfois au détriment risques encourus. Dans sa vie de ménestrel ambulant, Vorn ne s’était jamais marié. Pourtant, pour lui, rien ne comptait plus que la famille. Il fronça les sourcils, encore plus inquiet qu’auparavant.

« - J’ai peur qu’il ne tienne pas tout le voyage dit-il d’une voix tremblante.
- J’suis pas doué pour réconforter les gens, mais j’crois que s’il a tenu jusque là, il pourra tenir encore un peu. Même s’il a une mine de déterré, il bouge un peu plus qu’avant. J’suis inquiet aussi, mais j’suis de nature optimiste. Tant qu’il respire et s’agite encore c’est qu’il est vivant !
- Justement, il épuise sans doute ses dernières forces dans sa lutte pour survivre…
Malm essaya de prendre un ton guilleret.
- Allons, Vorn ! D’habitude c’est toi qui nous remontes le moral. Il nous reste peu de chemin et on sera au camp de Gloïn. Une fois sur place, on pourra d’mander de l’aide et surtout un bon repas chaud !
- Je vois que tu ne perds pas le nord toi ! Railla Vorn, dont le visage se décrispait un peu. Tant que ton estomac est plein tout va bien, hein ? »
Malm ne pris pas la peine de répondre sentant son estomac se contracter rien qu’a l’idée d’une soupe chaude accompagnée d’une miche de pain et d’une bonne chope de bière naine.

L’air était surchargé d’électricité. Le moindre son prenait une ampleur exagérée, rendant encore plus nerveux les trolls. Une chouette effraie hulula dans la nuit, suivi d’un hurlement d’un animal au loin dont l’écho se répercuta sur les parois des montagnes. Milandar était parcouru de frissons. Il commença à tracer au sol des runes, formant un cercle de protection. Deux trolls fondirent sur lui, il eu juste le temps de lancer une fiole de goudron collant nauséabond…

« - J’te dis que c’est pas le bon ch’min ! C’est par ce versant qu’on doit passer, sinon ça nous f’ra un sacré détour. Je n’ai pas envie de me retrouver à Helegrod moi !
- Je comprends rien à cette carte aussi ! Vorn tournait sa carte dans tous les sens, puis dans un mouvement de colère la rangea dans sa veste.
- Ah, ah ! Un elfe qui ne sait pas s’orienter. J’me demande ce que tu ferais sans moi pour te guider. Ecoutes dont un expert de l’orientation, j’ai tout noté ! Malm prit un air fier se rehaussant sur sa monture (ndr autant qu’un nain peut le faire, i.e. quelques pouces).
- Tu sais à peine écrire …
- Ouaip, mais tout est la d’dans ! fit Malm en tapant son heaume de l’index produisant un tintement grave.
- Tu résonnes comme un bourdon maître nain ! Allons perdons pas de temps, Milandar semble s’agiter encore plus. »

Prostré à terre, Milandar avait une vision floue de son environnement. Encore un coup comme ça sur la tête et il pourrait dire adieu à ce monde. Un énorme pied apparu devant lui. Il roula sur le côté éviter de se faire écraser et lança son bâton entre les jambes du troll. Le monstre fut immobilisé net. Milandar qui avait glissé derrière lui n’eu qu’à le pousser pour le faire basculer dans le ravin. En voila un de moins ! dit-il tout en se retournant vers les trois autres trolls…


Dernière édition par Milandar le Sam 14 Juin - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Mar 10 Juin - 9:55

6. Chant, pesanteur et glace.


Ils avançaient à présent au milieu de la plaine basse du Bruinen. Le vent souffrait mollement, soulevant quelques volutes de neige autour d’eux. Aucune piste n’était visible. Lorsqu’ils croisaient des animaux sauvages, ces derniers s’esquivaient rapidement dès leur arrivée. Vorn brisa le silence qui devenait pesant par un chant. Sa voix aux intonations cristallines pouvait transpercer les cœurs les plus endurcis et encourager les cœurs fermés. Un message universel s’éleva dans l’air...
Malm ne saisissait pas la langue elfique, mais les notes et les intonations de la chanson lui donnaient du courage. Depuis ces longues années, où ils avaient tous deux parcourus la terre du milieu, il en comprenait quelques mots :

Hebo estel en référence à l’espoir ; Calo anor na ven Puisse le soleil briller sur ta route ;
Ná Elbereth veria le Puisse Elbereth vous protéger ;
ná elenath dín síla erin rád o chuil lín puissent ses étoiles briller le long du chemin de votre vie ; No galu govad gen Puisse la chance vous accompagner ;

La voix de Vorn mourut dans sa gorge nouée. Il se tourna vers Malm et demanda :

« - Je fais un piètre ménestrel n’est-ce pas ? Je n’arrive même pas à finir une chanson qui devrait nous remonter le moral.
- Bah non au contraire. J’pense que t’es un excellent ménestrel. Justement parc’que tes émotions transpirent à travers ton chant. Il est plus sain de faire sortir ce qui nous pèse, au lieu de le garder en d’dans. Le nain pris un instant, semblant réfléchir. Mouai s’pas bon se ressasser, annonça Malm, tout en se grattant la barbe.
- Tu me surprendras toujours, fit Vorn admiratif. Sous tes airs bougons et ronchons se cache un être plus sensible qu’il n’y parait. Et surtout avec un sens du commun étonnant ! Quoi que un peu superficiel parfois. Ah, tu sais que je t’…
Vorn n’eu pas le temps de terminer que Malm le coupa net, rouge d’une colère feinte.
- Attention à ce que tu dis, y a une limite à ne pas dépasser ! Ce n’est pas des choses à dire entre gente masculine et de surtout à un nain ! Non d’une naine sans barbe, jura-t-il.
- A pars les bêtes sauvages, je vois personne qui pourrait écouter cette conversation, fit Vorn en riant.
- Ah les elfes ! Ronchonna Malm, suivi d’un éclat de rire tonitruant »

Un silence s’établi entre les deux compagnons. Ils avançaient maintenant le long d’un chemin creusé par d’anciens passages, dont la neige fraîchement tombée n’avait pas totalement comblé les ornières. De gros nuages noirs cachaient par intermittence le soleil déjà terne dans cette région. La température s’abaissa avec la progression des ombres projetées par les montagnes avoisinantes.

« - Je crois que nous avons rejoins le chemin vers le camp de Gloïn, annonça Malm. On ne doit pas être loin.
- Tu as raison Malm, acquiesça Vorn sans réellement écouter son compagnon.
- Mais oui j’ai toujours raison ! On est presque arrivé, dépêchons nous une tempête se lève !
Vorn continua sans prêter attention aux gesticulations du nain.
- C’est vrai que je me suis refermé sur moi-même depuis la disparition de Milandar. J’ai tellement eu peur d’y voir disparaître le dernier lien avec ma famille. J’ai eu l’impression de me sentir comme orphelin, que tout s’écroulait autour de moi. Mêmes mes amis elfes ne sont plus la. Partis tous pour Tol Eressëa, les terres immortelles …
Malm voulu ajouter quelque chose mais se ravisa. Il était sans doute préférable de laisser l’elfe dans ses pensées.

Le nain était passé devant laissant le cheval de Vorn tirer la civière qui fermait la marche. Le vent soufflait par bourrasques violentes. Le ciel était devenu à présent complètement noir, si bien que le jour était presque tombé d’un coup. Des éclairs zébraient l’horizon, apportant de la lumière vive par intermittence.
- J’espère qu’on sera arrivé avant l’orage, dit Vorn. Il entendit ensuite le tonnerre détonner à quelques encablures, et le son se répercuter sur les montagnes avoisinantes.
- hein ? Quoi ?
- je dis, il y a …

Le bruit devint un bourdonnement, puis un craquement qui avançait vers eux. Vorn eu un mauvais pressentiment. Tout se passa en un instant. L’elfe eu juste le temps changer de direction, qu’une crevasse s’ouvrit devant sa monture. Il entendit des jurons s’enfonçant dans les ténèbres béantes alors qu’il s’écartait du gouffre.

Le nain avait disparu dans les profondeurs sombres, bleutées et insondables de la glace fracturée.


Dernière édition par Milandar le Sam 14 Juin - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Mer 11 Juin - 15:45

7. Le chemin de la mélancolie


Après avoir crié de longues minutes, Vorn n’entendait que l’écho de sa voix sur les parois du gouffre. Sans aucune réponse, Vorn du se résigner à partir. Se décider n’avait pas été simple, mais Milandar semblait souffrir le martyr et s’agitait sur son brancard. C’est la tête basse qu’il remonta en selle. Il abhorrait laisser quelqu’un sur un champ de bataille. Il se dit qu’il aurait préféré laisser sa vie, à la place de celle de Malm. Jamais il n’avait laissé son ami ou l’un des siens sans assistance. Son éducation elfe lui avait imprimé le respect de toute vie en Terre du Milieu, à l’exception des sombres forces du mal, qu’il combattait avec force.

Un grognement féroce s’éleva dans le dos de Milandar, qui se figea. Après une brève hésitation, il se redressa de toute sa hauteur faisant toujours face aux trolls. Il avait reconnu Grogne, l’ours avait retrouvé ses esprits et allait charger. Milandar fit des gestes avec sa main dans son dos, que seul l’ours connaissait. Si les trolls avaient entendu l’avertissement, ils ne pouvaient voir l’animal derrière son maître. Milandar fit un pas de coté au dernier moment laissant grogne foncer sur le premier troll.

Perdu dans ses songes, Vorn avançait lentement dans le blizzard. Il avait presque perdu tout espoir. Il se repassait la scène dans la tête, se reprochant de ne pas avoir pu sauver sont ami. Il s’en voulait d’avoir entraîné le nain dans cette histoire. D’habitude c’était Malm qui le sollicitait pour telle ou telle expédition. Devant l’enthousiasme et la hardiesse de son ami, Vorn ne refusait que rarement, voir même jamais une sortie. Cette fois c’était différent. Il était allé voir le nain et ce dernier avait mis une détermination exemplaire pour l’aider dans les recherches de son neveu. Il se rappelait les dernières paroles de Malm à propos de son sens de l’orientation. Sans le nain pour le guider, il avait pris une direction sans grande conviction faisant confiance, pour une fois, à son sixième sens. En fait, il avait pris la direction opposée que sa raison lui dictait. Cette fois, la vie de Milandar et la sienne dépendaient entièrement de lui et surtout de sa capacité à les conduire à Foncombe.

Le combat durait depuis si longtemps que Milandar avait perdu tout repère temporel. Il avait l’impression que cela ne se terminerait jamais. Le retour de Grogne lui avait permis de rééquilibrer le combat, mais les trolls ne semblaient pas le craindre davantage. Il fallait trouver une tactique pour se sortir de la ou vaincre ses assaillants.

Vorn s’était arrêté un instant pour s’occuper de Milandar. Toujours agité sur son brancard, l’elfe au teint blafard émettait quelques mots ou syllabes inintelligibles. Il neigeait fortement, et de gros flocon tombaient à un rythme saccadé, tantôt paresseusement, ou s’écrasant d’un coup sous l’effet d’une bourrasque de vent. Vorn s’assura que son neveu était bien couvert et lui ajouta une couverture supplémentaire.
Il tirait son cheval par la bride, les mains devant les yeux pour s’abriter de la neige, et il balayait l’horizon de son regard pénétrant. Ils étaient comme dans du coton, les bruits des sabots de son cheval semblant s’étouffer à quelques pas autour d’eux.

Dans un ultime effort, Milandar repoussa à l’aide de son bâton l’attaque du troll. L’un des trois était manifestement le chef. Il portait un heaume dont pendaient des anneaux formant un maillage de protection sur le visage du monstre. Sa masse était bardée de pointes acérées et son armure portait les traces ensanglantées d’anciens combats.
Grogne bloqua le grand troll, laissant enfin une ouverture à Milandar qui lança des braises ardentes au visage du second. Ce dernier rendu aveugle, poussa un cri de douleur et balaya les alentour de sa masse. L’elfe avait eu le temps de le contourner et sauta sur son dos.


Vorn était à bout de force, il avait l’impression de ne voir que du blanc. Ses yeux lui piquaient tant à cause de la fatigue que d’avoir laissé échapper quelques larmes. Il s’arrêta et se redressa un instant, tendant tous ses sens à la cherche de signes de vie. Il devait faire abstraction du vent qui sifflait autour de lui, mais aussi de sa vision restreinte à cause de la neige créant une véritable brume blanche, impénétrable. Il entendait Milandar s’agiter sur sa couche, marmottant dans le souffle de ses respirations saccadées, des formules de protection et des hoquets. Vorn tendit encore ses sens, et fini par percevoir une faible lueur orangée au milieu du blanc sur sa gauche, entre la frondaison de pins centenaires.
Il puisa ses dernières forces et tira sur les rênes pour se diriger vers cette lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Sam 14 Juin - 10:38

8. Le camp de Gloïn


Vorn suivait la lumière diaphane qui se mua en oscillations jaunes et orangées. Il avançait lentement, essayant d’éviter les obstacles couverts par la neige poudreuse pour ménager son malade. Il devait de temps en temps contourner de petits monticules qui risquaient de déséquilibrer et faire tomber Milandar du brancard. Après avoir franchi la lisière de pins et sapins il avait rejoins une piste, dont la neige fraîche était parsemée d’empruntes récentes. Marquant une petite pause, il aperçut nettement plusieurs feux devant lui. Il poussa un soupir de soulagement. Il reconnaissait l’architecture imposante et solennelle des nains. Il était arrivé au camp de Gloïn.

Milandar accroché au dos du troll tomba avec lui lorsque ce dernier poussa son dernier soupir. Le choc sur le sol fit trembler la terre, secouant les arbres alentours dont la neige glissa au pied des troncs formant des tas épars. Les deux autres monstres occupés à se défendre contre Grogne se retournèrent vers Vorn. Le chef troll émis un rugissement terrifiant à l’adresse de l’elfe. Le second troll chargea, les yeux écarlates, la gueule écumante, avec un grognement rageur qui venait du fond de son gosier. Il sauta sur Milandar qui l’attendait de pied ferme.

Vorn avait l’impression qu’il n’arriverait jamais à se réchauffer. Nonobstant les efforts fait par les nains pour alimenter les feux en ajoutant de grosses bûches mais aussi des braseros autour d’eux, Vorn avait la sensation d’être gelé jusqu’à la moelle des os.
Après avoir fini son second bol de soupe chaude, Vorn semblait avoir repris des couleurs. Il avait mangé comme un Hobbit, reprenant plusieurs fois du pain, de la viande rôtie et du fromage. Gimli n’avait cessé de lui poser des questions sur son périple, alors que Vorn essayait de se restaurer.

Le choc fut brutal. Milandar avait brandi son bâton devant lui dont l’extrémité pénétra l’amure du troll. L’elfe avait bien visé, mais la force du monstre et son inertie fit rompre l’arme du maître du savoir. Il fut ébranlé par l’impact, sentant ses pieds glisser sur la neige, le faisant reculer de quelques pas. Une écharde de bois sauta en l’air, et toucha le visage du troll. Ce dernier s’arrêta net, surpris. Milandar savait que le reste de l’arme était devenue ainsi aussi aiguisée qu’une lance. Il raffermit sa prise sur l’arme et l’enfonça dans la poitrine du monstre, qui poussa un hoquet.

« - Alors vous allez enfin parler, maître Vorn ? demanda Gloïn, en tapant du pied, de plus en plus impatient. Puis il se mit à tourner autour de l’elfe, les mains croisées sur le torse. Il se tourna vers Gimli.
- Ah ces elfes ! Toujours impossibles !s’exclama-t-il en haussant les épaules.
- humf, attendez, répondit Vorn. Il s’essuya la bouche par de petites pressions sur ses lèvres à l’aide d’une serviette, et repris. Par où commencer ? Vorn fit une pause, levant les yeux au ciel. Comme vous le voyez on a retrouvé Milandar agonisant, mais je suis le seul rescapé de l’expédition.
- Oui, on sait, on en a parlé quand vous étés arrivés. J’ai envoyé immédiatement une équipe à la recherche de Malm. Je veux des détails ! Ordonna Gloïn dont le visage était cramoisi.
- Tu vas parler non de … ajouta Gimli sans finir sa phrase. »
Vorn tenait son auditoire à point. Sans doute une déformation professionnelle, il se leva de sa chaise et pris un ton de conteur mystérieux. Il commença à raconter l’expédition dans les monts brumeux, parsemant son récit de quelques métaphores bien choisies pour illustrer leur aventure. Les deux nains étaient littéralement pendus aux lèvres du ménestrel. Gloïn interrompait de temps en temps l’elfe, le forçant à aller à l’essentiel mais aussi pour poser des questions, surtout sur les gobelins de la région. Lorsque Vorn décrivit les conditions dans lesquelles Malm avait disparu, un silence pesant s’établit, laissant percevoir les crépitements des flammes des feux autour d’eux. Gloïn semblait inquiet et leva la tête vers l’elfe.

« - Les crevasses de cette région sont de terribles pièges mortels, de véritables tombeaux de glace. Même un nain n’a que peu de chance d’y survivre. A moins qu’il n’ait de l’aide rapidement, ou des provisions à porté de main en attendant les secours. En comptant qu’il ait de quoi tenir, je lui donne que deux ou trois jours. Le principal problème est de retrouver le lieu exact ou il est tombé. J’ai peu être lancé une expédition trop rapidement. Le manque de précision sur l’endroit que vous nous avez décrit constitue une difficulté supplémentaire à la recherche. Je ne veux pas vous accabler plus, mais sachez que l’espoir de revoir Malm vivant est très mince. Gloïn s’avança vers l’elfe et posa une main sur son épaule.
Vorn s’était assis et avait le visage fermé. Il releva lentement la tête faisant face au nain, montrant une expression attristée.
- Il faut que j’y retourne, je dois aller le sauver ! Je l’ai abandonné ! Ajouta Vorn d’une voix chevrotante.
- Tu as fait le bon choix Vorn, fit Gimli d’un ton rassurant. Il aurait été stupide d’attendre la levée du jour pour éventuellement rechercher Malm, sachant que Milandar était au plus mal. Nous nous occupons de tout pour retrouver notre ami. Il ne te reste qu’à prendre soin de ton neveu pour le ramener sain et sauf à Foncombe.
- J’ai tout préparé pour vous, ajouta Gloïn. Milandar à besoin de la médecine elfe dans les plus brefs délais. Un chariot est prêt pour le voyage, Gimli vous accompagnera à Foncombe.
- Dès que tu es prêt on y va, dit Gimli.»
Vorn se leva et remercia fortement les nains pour leur aide. Il était prêt à rentrer. Le chemin vers Foncombe n’était pas long ni dangereux, mais son inquiétude n’avait pas disparue. La question qui le taraudait était de savoir si Milandar tiendrait jusque là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Lun 16 Juin - 21:58

9. La route Rivendell


Vorn monta en selle et posa son regard sur le chariot où reposait son neveu. Ce dernier s’agitait toujours prononçant des bribes de phrases incompréhensibles sous l’effet de la fièvre. Vorn se redressa sur sa monture pour embrasser du regard son entourage.
Le temps était clair, avec un ciel parsemé seulement de quelques nuages en forme de filaments blancs et délicats à l’éclat soyeux. Une légère brise agitait les sommets des arbres qui oscillaient doucement, faisant tomber ça et là un peu de neige. Certains cristaux semblaient suspendu en l’air, scintillants un instant sous l’effet du soleil avant de disparaître comme par magie. Il était accompagné de deux nains, dont un conduisait le chariot et un second s’occupait de maintenir Milandar à l’abri du froid. Gimli était quand à lui, monté sur un poney à la robe sombre et arborait une hache attachée sur le flanc. Il prit une grande respiration et annonça en se tournant vers les nains.

« Il est temps de partir chers amis, profitons de la clémence du temps pour arriver sans encombre jusqu'à Foncombe.
- En avant ordonna Gimli, qui donna un coup de pied à sa monture, joignant le geste à la parole.
- yah ah, fit le nain à l’avant du chariot, attrapant les reines et poussant de petits cris à l’adresse de l’attelage. »
La compagnie quitta alors le camp de Gloïn sous les meilleurs auspices.

Milandar lâcha son arme pour ne pas être renversé par le troll. Le monstre poussait des hurlements de douleur qui se muaient en râles, crachant du sang par le nez et la bouche. Il essayait maladroitement de retirer le bâton rompu enfoncé dans sa poitrine à l’aide de sa main gauche ne voulant lâcher son arme qu’il tenait main droite. Une telle blessure aurait tué un homme ou un elfe rapidement, le troll lui semblait encore plus dangereux qu’avant, faisant des mouvement désespérés et imprévisibles à l’adresse de son adversaire. Le bâton semblait coincé, si bien que le monstre le brisa d’un coup sec du poignet, laissant une pointe jaillir de son armure. La douleur intense mis quelques instants le troll à genou, Milandar saisi l’occasion pour attaquer son adversaire affaibli.

Le chariot avançait lentement sur les dernières traces de neige des Monts Brumeux. Le craquement caractéristique des pas sur la neige avait fait place à de fins clapotis marqués par des jets de boue projetés par le chariot ou les montures. Ils quittaient la région suivant une route qui descendait vers la vallée de Foncombe. Les pins et sapins avaient fait place à des bouleaux et des hêtres, dont les feuilles étaient à peine recouvertes de neige qui fondait sous l’effet du soleil. Le vent était tombé et de nombreux oiseaux chantaient, l’air embaumait les odeurs de l’automne. Vorn bien qu’originaire de Foncombe, s’émerveillait une fois de plus de la multitude de couleurs que prenait la forêt en cette saison. Le feuillage des arbres avait des teintes allant de l’émeraude à l’ocre en passant par des nuances ambrées et cuivrés.

L’elfe pensait atteindre le troll avant qu’il ne se relève, mais dans un espoir désespéré le troll avait anticipé l’attaque. Il propulsa violemment Milandar à l’aide d’un coup de gourdin terrifiant de bas en haut. La chute de l’elfe, par chance, fut amortie par un tas de neige fraîche. Il aperçu alors le troll blessé faire des moulinets incontrôlés autour de lui en guise de défi. Au même moment, le chef troll ayant entendu les cris de souffrance, s’était approché par derrière pour le soutenir et il reçu un coup de gourdin en pleine tête. Milandar observa alors les limites de l’intelligence de ces êtres terrifiants. Le chef sonné voulant punir son vassal lui donna un coup dans le dos. Ce dernier ne s’était rendu compte de rien, aveuglé par la douleur et la folie meurtrière, fut déséquilibré et tomba en avant. Le reste du bâton qui dépassait du torse du troll toucha en premier le sol puis s’enfonça lentement sous l’effet du poids du monstre, qui poussa alors son dernier soupir.

La compagnie arrivait maintenant dans les hauteurs de la vallée de Foncombe. Le paysage coloré des montagnes automnales était caressé d’une douce brise à la chaleur agréable. Vorn se sentait revivre dans cette contrée. Ils firent une halte au poste de Himdolen où des elfes en faction les accueillirent chaleureusement. Gimli et Vorn une fois descendu de leur monture s’occupèrent de Milandar dont l’état semblait stable.

« Tout semble aller pour le mieux, dit Vorn. Reposons nous quelques instants avant de repartir. Foncombe est juste en bas de la vallée. J’aimerai arriver avant que la nuit ne soit tombée.
- Oui et profitons de ses instants pour allumer un peu de tabac de la Comté, ajouta Gimli qui sortait sa pipe de sa poche. Il tendit ensuite un peu de tabac à Vorn. »
Ils fumèrent ainsi quelques instants admirant du regard la région, mais la ville de Foncombe en contrebas était encore invisible.

Alors que la journée s’était passée sans encombre, Vorn entendit une voix s’écriant à l’aide. Il se retourna pour voir les nains qui s’occupaient de Milandar courir vers eux. L’un d’eux était dans un état de panique totale, agitant les bras dans tous les sens, les pressant de les rejoindre. En un instant il compris, Milandar était au plus mal.
Ils étaient tous autour de lui, abasourdis. La respiration de l’elfe était difficile, parfois elle s’interrompait brièvement, puis reprenait, pour s’interrompre de nouveau. Tous étaient concentrés sur les mouvements saccadés de sa poitrine, impuissants. Vorn se pencha sur son neveu, et dans un sanglot y déposa un baisé sur son front. Il se releva et prononça une prière elfe, sa voix cristalline émettait des sons indicibles qui résonnèrent dans les hauteurs de la vallée. A travers ses yeux embrumés par les larmes, il ne vit pas les mines tristes et affectées de ses compagnons, mais il savait que la vie de Milandar aller le quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Mar 17 Juin - 21:30

10. Foncombe - Dans la glace


Rassemblant leurs affaires avec hâte, la compagnie partit dans la précipitation. Tous avaient le visage fermé et les traits tirés, jetant de temps en temps un œil angoissé et anxieux sur Milandar.
Le chariot descendait avec empressement la pente qui les menait à Foncombe. La ville elfe était depuis quelques temps visible à leurs yeux. Ils avaient commencé par distinguer les flèches aux tuiles rouges des différentes tours, qui dépassaient les arbres. Les méandres du Brandevin traversaient la ville, la parsemant d’éclats scintillants. Les constructions elfes se fondaient parfaitement dans la vallée semblant être une partie intégrante de la nature. Ils avancèrent encore s’approchant la porte Nord de la ville.

Milandar faisait face au dernier troll alors que Grogne était allongé à terre. L’animal l’avait défendu vaillamment, mais le troll l’avait, par un coup violent, assommé et projeté l’ours à quelques pas du combat. Sentant ses forces l’abandonner, Milandar n’avait que peu de solutions face au monstre. Il fallait savoir se retirer et quitter le combat, seulement il lui faudrait d’abord semer le troll. L’environnement lui laissait que peu de solutions. Derrière lui, se dressait un ravin infranchissable où reposait le premier troll, à sa droite la paroi de la montagne était trop glissante pour être escaladée et enfin à sa gauche s’offrait à travers les arbres une ouverture.

Arrivés à Foncombe la compagnie rencontra Boromir qui, voyant les mines abattues, décida de les accompagner. Traversant aussi rapidement que possible la ville, c’est un véritable cortège qui emmena Milandar jusqu'à la dernière maison simple. Milandar fut alors porté dans l’une des chambres de la maison d’Elrond où des elfes allaient lui prodiguer des soins.
Personne ne savait s’il était encore en vie une fois entre les main des elfes. Vorn avait beau insister auprès des elfes pour voir Milandar, on lui avait expliqué (et parmi eux Elrond) que les médecins elfes faisaient tout leur possible, et qu’il faudrait être patient.

Après avoir essayé de fuir plusieurs fois, le troll lui avait bloqué le passage et avait acculé Milandar entre la paroi rocheuse et le ravin. Manifestement ce troll ne voulait pas perdre sa proie. Milandar n’avait plus le choix cette fois il fallait affronter cet adversaire et le vaincre. C’est sans bâton et sans son ours que Milandar vint à puiser dans ses ultimes ressources. Le combat fut féroce et tournait à l’avantage du troll. Pensant qu’il allait mourir l’elfe ressenti comme une aura l’entourer et lui redonner du pouvoir. Il avait dépassé ses limites et commençait à apercevoir de nouvelles façons d’utiliser ses compétences. Il invoqua la foudre en puisant encore dans ses dernières forces. Sa vision se troubla et un voile noir s’ouvrit devant lui, il perdit alors connaissance.

**


Dans l’obscurité la plus totale et sous plusieurs épaisseurs de neige et de glace, Malm avait réussi à se lover à l’abri dans un interstice de la paroi rocheuse. Il avait attendu que l’ensemble de la structure se stabilise pour bouger. Dans l’attente il s’était légèrement assoupi, mais son instinct de survie l’avait poussé à rester éveillé. Il se décida de sortir de son trou, sans savoir combien de temps il y était resté. Il tâtonna alentour à la recherche d’éléments de repères et surtout d’une sortie. Il tomba sur son sac, et remercia le ciel, car il en était rempli de provisions. Les parois autour de lui étaient glacées et dans le noir il avait l’impression de tourner en rond. Il décida de marquer son passage en creusant à intervalles réguliers le glacier. Il avançait lentement dans ce qui semblait être une faille, trébuchant sur le moindre obstacle. Lors de sa progression l’obscurité totale avait fait place à des teintes bleutées, il décida alors de suivre ce qui devait être la lumière du jour traversant la glace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milandar
Ecraseur de gobelins
Ecraseur de gobelins
avatar

Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Maître du Savoir
Profession:
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Jeu 19 Juin - 9:49

Epilogue : Guérison.


Lentement son esprit reprenait forme et de brèves sensations l’envahissait par bouffées. Du froid il passa au chaud. Il repris lentement conscience et perçu un halo de lumière à travers ses paupières. Son corps était engourdi par l’inactivité. Il entrouvrit les yeux et la lumière l’aveugla. « Je suis au paradis pensa-t-il ».
Le temps que son iris s’adapte à la luminosité il chercha à tendre ses autres sens. Il entendait faiblement le vent au dehors, jouant avec les feuilles des arbres, créant des bruissements par vagues. Il réalisa qu’il était couché sur un lit moelleux dont les draps fins dégageaient des odeurs automnales.

Une fois sa vue recouvrée, il parcouru la pièce du regard. Il se trouvait dans une chambre elfe assez luxueuse, mais sobre. Posé en face du lit, sur une commode ouvragée, un vase contenait des fleurs d’automne ; il reconnu des anthémis. Il savait qu’il se trouvait à Foncombe, mais ne reconnaissait pas la chambre. A sa droite, une fenêtre entrouverte laissait passer le vent, qui soulevait doucement des rideaux fins et translucides.
A sa gauche près d’une porte sur une chaise, reposait une robe d’elfe, ornementée de motifs végétaux et de formes géométriques. Comme un très ancien souvenir, il se rappelait une personne ayant porté cette robe. Dans son esprit il vit un elfe aux allures de Maître du Savoir. L’elfe avait une belle prestance, le visage fin et la peau claire. Il portait un diadème sur le front, orné d’un bijou. Ses cheveux noirs corbeau étaient long, parcourus d’une tresse de chaque coté formant une queue de cheval. L’elfe tenait fermement en main droite un bâton ouvragé dont l’extrémité portait une gemme. Un bâton, qu’il vit dans un flash se briser contre un troll. A sa droite, se tenait un ours terrifiant au pelage fauve et soyeux qui ne le rendait pas moins féroce. Pour l’instant, aucun nom ne lui venait à l’esprit. Il voulu changer de position, mais tout son corps se mit à trembler. Il ne pouvait, pour l’instant se lever et sortir de cette chambre. Il devait prendre son mal en patience dans cette position. Il se mit à réfléchir sur ce qui lui était arrivé, voyant par bribes des images de combat dans les hauteurs des monts brumeux.

Il entendit la porte s’ouvrir alors qu’il était légèrement assoupi. Milandar cligna des yeux et aperçut un elfe portant une tenue légère et souple. Ce dernier s’arrêta au seuil de la porte avant de s’avancer vers lui.
« Ah tu es enfin réveillé, dit Vorn d’un ton jovial. Quelle histoire ! Ne bouges pas pour l’instant, tu dois être encore trop faible.
- Vorn ? demanda Milandar d’une voix faible.
- Oui c’est moi, ton oncle. Content de te revoir remis sur pied Milandar.
- Milandar ? Ajouta-t-il, fronçant les sourcils à la recherche d’un souvenir. Dans son esprit embrouillé, il revit alors sa propre image se superposant à ce nom. Oui, je suis Milandar, maître du Savoir de Foncombe.
- Bien, content de voir que tu n’as pas perdu la mémoire ! Moi et Malm n’avons pas risqué notre vie pour rien. Tu devras aussi remercier Grogne, car sans lui on ne t’aurait pas retrouvé.
- Bien Grogne est vivant… Où est Malm ?
Vorn prit un air renfrogné. Le sujet était sensible. Relevant la tête il regarda son neveu dans les yeux.
- Il a disparu dans une crevasse alors qu’on te ramenait ici. J’ai du le laissé emprisonné dans la glace. Mais s’il y a quelqu’un qui peut survivre dans les profondeurs de la terre, c’est bien un lui ! Je pense qu’on reverra Malm plus tôt qu’on le croit. Enfin j’espère…
Bon, je te laisse te reposer, je vais aller prévenir tes amis que tu vas mieux, repris Vorn d’un ton protecteur.

Après avoir dormi quelques heures, Milandar fut réveillé par des murmures dans la chambre. Il ouvrit alors les yeux et vit une foule autour de lui.
- Ah bravo ! Tu l’as réveillé avec ta grosse voix Thorguiln, sermonna Sathtrimis.
- Bah, pas plus que les autres hein ! Répondit le nain d’un ton sec. Et puis faut bien qu’il soit réveillé pour qu’on le félicite de nous avoir fait un sang d’encre depuis sa disparition !
- Tout ce monde rien que pour moi ? Demanda Milandar…

Autour du lit de Milandar tous étaient là, il pouvait voir son oncle Vorn, les amis du vieux Tom dont Sathtrimis, Throguiln, Adénis, Ekketa, Lontharin, Tholias, et quelques têtes inconnues. Parmi eux se trouvaient aussi Gimli et Boromir. Il regarda chaque visage et senti qu’il allait beaucoup mieux. Entouré comme ça il serait rapidement prêt à retourner dans la Terre du Milieu combattre les forces du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sathtrimis
Fol Ami de Tom
Fol Ami de Tom
avatar

Nombre de messages : 4316
Age : 33
Localisation : Chez Glorilin / Toulouse
Date d'inscription : 18/05/2007

Feuille de personnage
Classe: Chasseur
Profession: Arctier
Confrérie: Amis du Vieux Tom

MessageSujet: Re: Milandar   Jeu 19 Juin - 10:26

(Je me permets de participer vu que nous sommes presents a tes cotes Wink )

Sathtrimis s'avanca pres du lit. Elle prit la main de Milandar entre les siennes pour lui apporter un peu de chaleur. Puis le regardant tendrement elle lui dit :

Milandar, mon ami.... Tu nous a fais une belle peur tout de meme. J'ai vraiment perdu espoir de te revoir fut un temps. Et je le regrette, j'espere que tu me pardonneras d'avoir perdu foi en toi mon ami. Voici la preuve que Milandar est plus dur a tuer qu'un troll!

Enfin, quoi qu'il en soit, j'ai garde ta tenue de confrerie bien au chaud, ainsi que tous tes vieux grimoires. Quand j'ai appris ton retour, je t'ai aussi concocte une petite selection d'herbe a pipe de ma production.

Je vais laisser la parole a nos confreres qui bouent d'impatience de te parler et te souhaiter un prompt retablissement. Tu ne pourrais pas etre en meilleur endroit pour ta convalence. Repose toi bien et reviens vite a la maison de confrerie, que l'on trinque a ton retour tant espere.


Sathtrimis se pencha sur le lit et le serra contre elle en signe d'amitie. Puis elle laissa la parole a ses confreres qui trepignaient sur place, et partit discuter avec Elrond de choses et d'autres.

Alors qu'elle s'eloignait, on entendit quelques bribes de leur discussion ... : "Et Malm, ... nouvelles? ... Vous avez trouve la crevasse? .... Je me tiens a votre disposition ... apporter toute l'aide necessaire ... mes confreres se joindront a moi si cela peut le sauver."
La discussion se melangea au doux murmure de la brise....

_________________
Sathtrimis & Glorilin
Amis du vieux Tom Bombadil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Milandar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Milandar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milandar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lord Of The Rings Online :: Les Enfants de la Vieille Forêt... :: Le cercle fermé...-
Sauter vers: