AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ambrosia Castelorge

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...   Ven 4 Déc - 14:20

"La nuit avait recouvert le pays de Bree de son bleu manteau. Ambrosia Castelorge n'avait jamais quitté la Comté par l'Est. Cette découverte du chemin de l'Est et de la lisière de la Vieille Forêt ne la rassurait guère et elle arriva essouflée à l'entrée de la ville.

Ce n'était pas la première fois qu'Ambrosia voyait des hommes, des elfes et des nains. La situation limitrophe de son village "Castelorge" au nord-ouest de la Comté, à la bordure de l'Ered Luin, lui avait permis de voir bon nombre de voyageurs se presser dans l'auberge de ses parents Olo et Sippia Castelorge. Son père l'avait pourtant longtemps gardé de s'éloigner trop loin des limites du village. Dans l'auberge, Ambrosia aidait sa mère au service et pour tout avouer, s'ennuyait fréquemment. Elle préférait rester plantée pendant des heures à écouter les récits de voyages, histoires légendaires ou simples anecdotes comptées par les nouveaux arrivants. Son admiration pour le peuple des elfes est d'ailleurs née à ce moment là. Elle essayait parfois de mémoriser ces histoires et les ajoutaient à une trame de sa propre invention. Elle dodelinait doucement de la tête en s'endormant devant la cheminée.

Elle adorait aussi suivre son père forestier dans les bois et grandes prairies. Il leur arrivait parfois de chasser et pêcher ensemble de longues heures sur les rives face à Duillond. Sa soeur Roncelierre préférait s'adonner à des jeux plus martiaux et n'hésitait pas à suivre le Frontalier Rougeforge. Elles se chamaillaient souvent, l'une traitant l'autre de rêveuse et l'autre de guerrière sans pitié.

Ses souvenirs, auxquels elle s'accrochait pour ne pas penser aux hululements bizarres venant des taillis, s'évanouirent rapidement. Elle était arrivée aux portes de la cité de Bree. Cette ville était immense et ses murs étaient si solides et épais. Tout dans ce lieu lui inspirait confiance. A moins que ce ne fut un moyen détourné pour Ambrosia de trouver enfin la quiétude et calmer son coeur qui battait la chamade.

Après une longue nuit de repos, Ambrosia se mit en quête de l'auberge du Poney Fringant. C'est en ce lieu qu'elle entendit parler pour la première fois des autres peuples. Un cavalier, dont l'armure était ornée de nombreux entrelacs, racontait ses périples dans les terres solitaires...une femme bien vieille, assise au coin du feu, brodait un arbre blanc sur un tabard, un homme bien étrange car fort trapu et doté d'une longue barbe était attablé et dégustait du lard et des fèves. Il devait probablement s'agir d'un représentant du fier peuple des Naugrim.

Tout cet enchantement plaisait à Ambrosia. Pour rien au monde, elle n'aurait manqué ce lieu sombre et sentant la bière. Elle se tapit dans un coin et écouta tout ce qui l'entourait. Bientôt, l'arbre blanc brodé, le pain chaud aux noix qui croustille, l'ours croisé à la lisière de Vieille Forêt, l'épée du soldat racontant ses faits d'armes, tout cela allait bientôt peupler les poèmes et les chansons de la ménestrelle...

C'est en ce jour que débuta l'histoire aventureuse et mouvementée d'Ambrosia Castelorge, fille d'Olo et Sippia Castelorge, ménestrelle de la Comté


Dernière édition par Ambrosia Castelorge le Ven 4 Déc - 16:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosia Castelorge

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...   Ven 4 Déc - 14:34

Ambrosia était toujours contente de découvrir de nouvelles personnes, surtout d'autres peuples que le sien. A l'origine, son "Livre des merveilles du royaume de Thranduil" était surtout centrée sur les légendes et le folklore du peuple Sindarin resté en Eriador dans la Forêt Noire et la Lothlorien. Néanmoins, elle avait toujours eu beaucoup de sympathie pour le peuple des Naugrim et savait qu'elle aurait moults histoires et hauts faits d'armes à compiler si elle s'attelait à questionner ces valeureux guerriers.

Ambrosia se dirigea près d'une table où mangeait un nain et y posa un broc de bière brune. Elle essayait de cacher le fard qui teintait ses joues lorsqu'elle se mettait à parler à un "étranger". Cette facheuse habitude ne l'avait jamais quittée depuis son enfance à l'auberge de ses parents. Elle avala une lampée, s'éclaircit la gorge puis se mit à interpeller maladroitement un nain plongé dans la contemplation du lard fumant tronant dans son assiette :


- "Hmmm.... Bien bonne rencontre que celle là, il y a longtemps que vous êtes arrivé en ces murs, cher ami ?"

Le nain leva les yeux, avala la sauce bruyamment tout en éructant un très vague :"Brrrhshshshhhhshshsh, gggggrmmbmmblbll... kKrrrrrkrrquqqroi ? ?" nettoyant ensuite les quelques fèves éparpillées dans sa barbe....

A l'avenir, se disait Ambrosia, ne jamais s'étonner des bruits provoqués par les Nains, particulièrement s'ils mangent, particulièrement s'ils font plusieurs choses en même temps, et particulièrement s'ils sont à peu près sociables (ces trois dernières caractéristiques se cumulant rarement chez un seul et même nain).


- "Je m'appelle Svendhir, fils de Morgrim et Klinka et cela fait déja trois nuitées que je loge ici. Aussi longtemps que les Longuebarbes défenderont Eriador, vous n'aurez rien à craindre de la menace qui gronde..." dit-il en terminant cul-sec la chope en étain d'un empan de haut.

La discussion qui s'en suivit fût fort longue et il serait indélicat pour le lecteur de l'assommer de ces dialogues long et embrumés par l'ale brune aux baies de guenièvre de Prosper PoiredeBeurré.

Cependant s'il y a bien une anecdote qu'il faut retenir, c'est que Svendhir, dans un premier temps jovial, semblait cependant bien sombre et triste lorsqu'il évoquait la "Menace" et la chûte future de la Halle Dorée...

Ambrosia tenta à maintes reprises de ramener le sourire sur ce visage forgé par la guerre et la mélancolie. Au détour d'une cinquième bière, les joues empourprées et la bouche un peu pâteuse, elle tenta même un :

- "Vous aussi, Svendhir, votre longuebarbe s'abime ? n'oubliez pas le chanvre ! c'est bon pour le poil"...

Le nain répondit par une grimace de dédain, pesta... son visage se tendit et devint noir comme l'obsidienne. Puis il explosa d'un rire violent et saccadé qui faillit faire renverser Ambrosia du banc.... Puis, reprenant son souffle et se tenant encore les côtes, il héla le tenancier pour commander à boire... Malgré les apparences, une amitié solide était née ce soir là...


Dernière édition par Ambrosia Castelorge le Ven 4 Déc - 15:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosia Castelorge

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...   Ven 4 Déc - 15:16

Où l'on découvre comment Ambrosia Castelorge garda Théoras en son coeur pour la nuit des temps.

Un peu de lumière dans les ténèbres...

Dans les ruines de Garth Agarwen, de petits groupes d'aventuriers combattaient fièrement les Créoth et leurs soldats impies. Certains d'entre eux croisèrent une hobbite qui semblait sourde à leur appel et leur aide... Ses vêtements étaient déchirés par endroit et derrière son sac pendait un luth bien abimé dont les cordes trainaient par terre. Le regard de la ménestrelle était vide - sans joie ni tristesse - lorsqu'elle combattait. Le fil de son épée était rouge de sang et sa gorge abimée.

Théoras avait minutieusement préparé son voyage, des rations en nombre, un poëllon tout neuf, une magnifique armure de cuir achetée auprès de Lynwellyn Lenwë, l'armurier de la Forêt Noire..., deux épées... Il avait rencontré personnellement Radagast qui lui avait indiqué les méandres d'Agamaur et de Garth Agarwen. Le puissant sorcier l'avait prévenu. Une menace sombre dardait au milieu de la forêt et répondait au nom de Vilaubier. Si Ambrosia tombait dans ses racines ensanglantées, c'en était fini d'elle.

Les jours passèrent et Ambrosia n'avait plus guère de notion de temps ni d'espace. Il lui semblait voir toujours les mêmes murs et le même ciel sombre et rougeâtre à la fois. Les arbres, malades et corrompus, lui portaient des présages de malheur... Son bras était meurtri et bien fatigué de porter l'épée, elle dormait parfois sans couverture à même la terre, exténuée.

Théoras progressait sans relâche dans l'Agamaur. Il s'armait de courage et lançait des chants et des cris d'une puissance et d'une précision inégalée. Les êtres spectraux erraient dans les marais de sang et s'évanouissaient sous les coups de boutoirs et les ôdes du Maître Hobbit. Il ne comptait plus les miasmes et les horreurs mort-vivantes qu'il avait fait disparaître à jamais. Les troupes de Créoth lui donnèrent du fil à retordre et il dût redoubler de vigilance et de ruse pour les tuer un à un. Un de leurs chefs lui porta un mauvais coup à la gorge. Un peu de son sang se déversa sur son épaule et il ne dût sa survie qu'à la finesse et la résistance des tresses de cuir et de mailles réalisées par Lynwellyn. Il criait le nom d'Ambrosia aussi fort qu'il pouvait, tout en sachant que chaque appel pouvait causer sa propre fin

Ambrosia voulait oublier le mal subi, les fausses promesses, elle avait beaucoup souffert récemment et même humiliée publiquement par un talentueux ménestrel répondant au doux nom de Fargrim. Ce qui la rongeait surtout était ce refus de la part de Théoras, celui qu'elle avait longtemps imaginé dans ses rêves, comme un tendre époux.
N'avait-elle donc pas le droit d'être heureuse comme tout le monde... n'avait-elle donc pas le droit d'aimer et d'être aimée en retour ? Aux yeux d'un étranger, toutes ces questions étaient sans doute bien futiles et inutiles. Mais Ambrosia prenait souvent les choses à coeur, c'était selon elle la seule manière de vivre la beauté des passions.

L'heure n'était guère à la lucidité et la fatigue accumulée ne présageait rien de bon en des terres aussi dangereuses....Elle courait de très graves dangers... Dans la pénombre, elle crut un instant trouver refuge ... malheureusement tous les arbres n'étaient pas des hâvres de paix...

Un grondement et un bruissement de feuilles assourdissant attira l'attention de Théoras. Il courut jusqu'à en perdre haleine jusqu'à une clairière menant vers un vaste escalier et vit Ambrosia allongée à terre dans les fourrés....Un arbre immense et malsain se déplacait jusqu'à elle. Il n'avait visiblement aucune envie de lui susurrer les comptines de Fangorn... Le hobbit sortit la lame de son fourreau en un éclair et chargea pour attirer l'attention de Vilaubier, l'arbre aux racines de malheur. La bataille fût rude et le ménestrel usa de toutes ses ressources. Un violent coup de branches le balaya d'une traite et le fît tomber à la renverse sur plusieurs mètres. Il repartit à la charge encore et encore.

Ambrosia arrivait à peine à ouvrir les yeux... tout son corps était engourdi... elle ne sentait plus son bras gauche... elle entendait le cri des rois anciens... des bruits de combats lointains... et le sol qui tremblait et qui la terrorisait... des feuilles jaunâtres tombaient par dizaines autour d'elle... cette voix... ce son de harpe... comment était-ce possible... Théoras ...? Théoras ? Elle délirait ... [i]cela ne pouvait en être autrement...

Une racine grande de trois empans vint s'écraser à côté d'Ambrosia et s'enfonça dans la terre. Le choc la fit sursauter et elle fit in-extremis un bond en arrière. Vilaubier reculait, certes, mais le jeune ménestrel était exténué et il sentait comme un voile brouiller sa vue... la sueur et le sang recouvrait son front. Ambrosia se leva et tituba jusqu'à son épée, elle planta Celeglang dans le tronc de l'arbre décharné tandis que Théoras clama haut et fort le cri des bardes elfes du Lindon...

Perendulnnir olensinwë Cirdan
Perdolin etheriandolnë edannen
Tenwiwaru athalgil celeb ortheolg
Nelegrond wenelallin dol Cirdan
Perendulnnir methellir cyndill
Raeg ol ödarientil tenelgenthor
Perdolin osronwë mathalladon
Eä tol agwaenaeth olen Cirdan

Vilaubier se fendit en deux... toute la forêt sembla tomber et craqueler... une lumière bleuâtre s'échappa du coeur de l'immense écorce...Ambrosia se jeta dans les bras de Théoras qui tomba à la renverse, ne tenant plus sur ses jambes... Ils restèrent là dans la clairière, rompus de fatigue, de longues heures.

- " Désormais, je ne te laisserai jamais seule, Ambrosia" dit Théoras avec un étonnant sérieux....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosia Castelorge

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...   Ven 4 Déc - 15:27

Le gentil Fargrim, qu'Ambrosia connaissait aussi depuis de nombreuses années, comprit dans quelles épreuves terribles Ambrosia était allée se fourrer pour montrer sa souffrance, rédigea par la suite, un baume pour la raison, une douceur sucrée pour leur amitié :


Bien triste était la vie de théoras !
il était éperdu, désolé et las
le corps malade, le coeur glacé
le cheveux gris , vieux et usé.
ceux qui choisissent ce chemin
le paient de douleur et de chagrin.
Mais a nouveau son coeur gonflé
s'enfle de vie, s'ouvre blessé !

Il la fixait et fixant ses cheveux
entre leur écheveau soyeux
la lune en blanc rayon filtrait
entre les feuilles , et luisait
la clarté temblante des cyeux
dans le miroir de ses yeux !

lors, il oublie tout, attiré
hors de lui-même vers le pré
pressé par l'amour , ravi,
et sans plus se cacher; et jailli
de son coeur épris un air délicat ,
son chant enflammé pour Ambrosia !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosia Castelorge

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...   Ven 11 Déc - 14:10

Une lettre cachetée de cire calée dans un étui en cuir arriva en début de matinée aux différentes maisons des ami(e)s et compagnons d'armes d'Ambrosia et Théoras.
Le jeune hobbit de la compagnie postale - Saedol est son prénom - devait veiller à ce que le message arrive à destination. Le front plein de sueur, il posa les lettres dans des petits étuis en cuir très fin sur chaque seuil de porte. Il repartait à chaque fois le coeur plus léger.
La lettre était courte et portait un message plein de bonheur.


Amies, Amis,
Nous sommes heureux de vous annoncer, Theoras et moi-même, que notre petite fille est née avant-hier, à la tombée de la nuit. Elle répond au doux nom de Theodosia et se porte comme un charme. Le papa et la maman vous invitent cordialement dans leur demeure pour fêter tout cela et déguster à l'occasion de délicieuses tourtes aux lardons et aux saucisses moutardées et vous faire savourer leur dernière trouvaille : la liqueur d'estragon !
A vous !

Ambrosia Castelorge



Quelques semaines plus tard...

Ambrosia avait donné les dernières instructions à Selidine, la nounou ; vérifié les langes de Théodosia une dernière fois ; mis de côté le nécessaire à langer et le lait en quantité.
Elle alla ensuite dans sa chambre préparer sa robe de soie pourpre ornée de rubans blancs et ors. Elle avait trouvé un magnifique chapeau qui conviendrait parfaitement à la fête !
Puis tout en pensant avec joie au fait de pouvoir enfin retrouver ses amies et de pouvoir fouler de nouveau d’autres herbes que celles de sa Comté, elle prit la petite Théo dans les bras puis posa un baiser sur son front.
Théodosia essayait de sourire mais semblait mal à l'aise. Elle fut prise d'une petite convulsion nerveuse et avec un rictus...dégobilla avec un certain enthousiasme son précédent lait de chèvre sur le visage et la robe de sa chère maman. Un large sourire agita la bouille de Théodosia, elle était soulagée !
Ambrosia donna Théodosia à son époux et partit se changer. La petite n'était pas visiblement pas encore disposée à voir ses parents s'éloigner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où débute l'histoire mouvementée d'Ambrosia Castelorge...
» Inscriptions partie 63 - Kaamelott
» L'Histoire mouvementé d'une jeune Femme
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lord Of The Rings Online :: La Chaumière :: La salle commune-
Sauter vers: